Les Journées Européennes du Patrimoine 2016 à Arnouville

Temps lecture : 10 min

Compte-Rendu des Journées Européennes du Patrimoine 2016

Les Journées Européennes du Patrimoine 2016 ont eu lieu les 17 et 18 septembre derniers. Elles se déroulaient comme chaque année, à L’Orangerie du château.
Cette dernière nous était prêtée à titre gracieux par Madame D.Dedieu et Monsieur J.Aufrère, les responsables de l’ITEP. Nous leur adressons un grand Merci de la part tous les intervenants (Visiteurs, Membres de l’A.L.A.C. et d’Arnouville et son Passé).
L’affiche envoyée, soit par "internet" à de nombreuses personnes, soit collée dans quelques magasins, permettait de connaître le programme de ces 2 journées.

Programme détaillé des Journées Européennes du Patrimoine 2016

Programme détaillé des Journées Européennes du Patrimoine 2016

Pour le concert du samedi soir, nous avions dû limiter le nombre d’auditeurs, étant donné le plan "vigipirate". Deux agents de sécurité filtraient les entrées.
A 20h45, 50 personnes environ avaient pris place dans la salle.

Parmi les personnalités, nous notions la présence de Madame Pupponi, de F. Pupponi, Député-Maire de Sarcelles, de Madame N.Balian et Madame Cl. Fernandez-Veliz, Maires-Adjointes et Monsieur S. Lassonde, conseiller municipal de la Ville.
Le concert commença à 20h45.

Différentes œuvres furent interprétées et fort appréciées. N’en citons que certaines: J.F. Haendel, A.Vivaldi, F.Hérold…
Une surprise attendait Monsieur Pupponi. Monsieur Watel, le responsable de cet orchestre avait adapté un air corse pour la circonstance.
Après un court entracte, une seconde surprise attendait les personnes venues assister à ce concert. Nous savions depuis très longtemps qu’un certain tableau devait regagner le salon du château.

Le 5ème Maire d'Arnouville Charles-Henri de Machault

Le 5ème Maire d'Arnouville Charles-Henri de Machault

Vincent Pruchnicki, historien de l’art, nous a commenté ce beau tableau du 5ème Maire de la Ville d’Arnouville.
Cette toile de 110cm/140cm, représente Charles-Henri de Machault, portraituré en 1823.Dans le cartouche, on peut lire que ce portrait a été offert par les habitants du village, reconnaissants envers leur seigneur. En effet, le Comte avait obtenu la bienveillance des troupes ennemies, en juillet 1815, afin que les biens de ses administrés ne soient pas dégradés. Les grilles du parc avaient été ouvertes, de sorte que la population y trouva elle-même un refuge.
L’acquisition de cette peinture était trop onéreuse pour "Arnouville et son Passé", car de l’ordre de 9 800€. Il nous fallait trouver un mécène.

Don du Député pour Arnouville et son Passé

Don du Député pour Arnouville et son Passé

Monsieur François Pupponi, député du Val d’Oise et maire de Sarcelles accepta de nous aider, via une subvention de 10 000€ prise sur sa réserve parlementaire. Qu'il en soit ici vivement remercié!

Si cela vous plaît, merci de partager...

La Secrétaire

Mme Vidal Annette, secrétaire de l'Association Arnouville et son Passé.

3 réponses

  1. Le Nézet Thomas dit :

    Bonjour,
    Je pourrais mettre en titre de mon message, après avoir parcouru cet article et observé attentivement chaque photo, ceci :

    - Atavisme familial ?

    Pourquoi? Parce-que Jean-Baptiste de Machault d'Arnouville a perdu le P de son prénom sur la plaque du parvis de l'église.

    Son fils Charles Henri de Machault a perdu le L de son nom sur la plaque des maires à l'entrée de la salle du conseil de la mairie principale.

    Pourtant, aucun des deux n'a eu affaire avec "Madame" la guillotine pendant la Révolution française...

    Louis-Charles de Machault d'Arnouville, leur père et grand-père était, il est vrai, surnommé Machault coupe-tête !

    • La Secrétaire dit :

      Bonjour Thomas,
      Vous nous avez dit, en aparté, être un ancien élève de l'école du BOURG.
      Votre enseignant devait s'appeler M.Blondelle.
      Aimiez-vous ses belles moustaches?
      Comme tous les grands garçons de la classe, vous deviez porter une blouse noire, l'uniforme de l'époque.
      Etiez-vous un bon élève?
      Nous le supposons, puisque vous avez cherché, dans le dictionnaire, le mot guillotine.
      A côté de ce terme, vous avez lu la définition: Appareil inventé par Joseph Ignace Guillotin.
      Ce médecin disait: "Avec ma machine, je vous fais sauter la tête en un clin d'oeil, et vous ne souffrez point!"
      Bien sûr, cela se passait pendant la révolution française.
      Une chanson avait même été composée et nous vous en livrons un court extrait.
      "Guillotin
      Qui s'apprête,
      Consulte gens de métier
      Barnave et Chapelier,
      Même le Coupe-tête.
      Et sa main
      Fait soudain
      La machine,
      Qui simplement nous tuera
      Et que l'on nommera
      Guillotine."
      Votre enseignant vous a certainement indiqué 2 autres surnoms: "Le grand rasoir national" ou encore "Le moulin à silence".
      Pour terminer, il est bon de rappeler que les noms propres n'ont pas d'orthographe.
      Alors, jeune homme, cessez de vous lamenter ...pour 2 petites fautes de frappe!

      • Le Nézet Thomas dit :

        Bonjour Madame,
        Les moustaches de M.Blondelle allaient avec le personnage, strict, sévère, en résumé un instituteur de l'époque. Il était là pour nous instruire.
        Pour revenir au sujet de mon commentaire, qui n'était point une lamentation, juste une gentille remarque, sans dictionnaire, mais faite par un passionné de la révolution française, de notre histoire. L'orthographe et les noms propres, ce que vous citez, n'est qu'une règle populaire, non officielle.
        Les noms patronymiques ont la réputation de n’avoir aucune orthographe. La graphie des noms patronymiques, et d’ailleurs de tous les autres noms propres, semble n’obéir à aucune règle particulière, ce qui pourrait ainsi Iaisser croire que les noms propres n’ont, en effet, pas d’orthographe.

        Tant est si bien qu’il est difficile de comprendre pourquoi, par exemple, il y a autant de noms patronymiques proches écrits si différemment : ce sont souvent des erreurs de retranscription dans les registres ou des différences de patois ou de langue d’une région à l’autre qui peuvent aujourd’hui expliquer les homonymies ou les noms dérivés. Mais il est réducteur de penser que les noms patronymiques n’ont pas d’orthographe pour autant, d’ailleurs, l’état civil est le garant de la bonne transmission et de la bonne graphie des noms. Sinon, il serait beaucoup plus aisé de changer de nom, et on pourrait le faire à sa guise, ce qui est loin d’être le cas.

        Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *