Durée de lecture : 16 min

Construction du couvent des soeurs Arméniennes

Le Couvent des soeurs Armémiennes

La construction du couvent des soeurs Arméniennes fut réalisée en 1931, à côté de l'église arménienne catholique Saint-Grégoire l'Illuminateur construite en 1929.
Abritant la communauté des soeurs Arméniennes de l'immaculée Conception, sa vocation première fut l'accueil et hébergement, non seulement de jeunes filles orphelines du génocide dont nous commérons cette année le centenaire, mais aussi d'autres confiées par leurs familles à ces religieuses pour leur permettre d'échapper selon toute probabilité, au destin cruel qui pouvait les attendre de par les événements tragiques que nous connaissons.
Parties d’Istanbul en 1922. au nombre de 429, elles arrivèrent en France avec les Sœurs et sous la direction du Père Antoine Iskender, premier prêtre en charge de la paroisse arménienne catholique d'Arnouville. via l'Italie (de Rome, à Castel Gandolfo exactement puis Turin), sous la protection du Pape Pie XI. Il faut noter l'implication personnelle et efficacité du Cardinal Aghagjanian. prélat fortement apprécié des autorités romaines, dans la prise en charge de ces jeunes filles.
Premier hébergement : Saint-Gratien dans notre Val d'Oise actuel, dans le château du Maréchale Catinat puis Arnouville, au couvent de la rue Henri Barbusse, où elles furent hébergées et éduquées jusqu'à leur mariage . Dans cette école maternelle, des filles de 4 à 6 ans étaient accueillies.
Détail: le Père lskender les avait toutes mariées, leur donnant ainsi un nouveau foyer et un nouveau départ dans la vie.

Photos des soeurs, des enseignements, des orphelines et le Père Iskender

Par la suite. les religieuses accueillaient des pensionnaires (pas spécialement des orphelins). qui étaient scolarisées à l'école publique française.
Elles dispensaient des cours d'initiation å la langue française aux plus jeunes non encore scolarisés, des cours d'arménien, de musique et de chant et sous réserve, peut-être aussi de la broderie, couture, travaux manuels féminins. Pour l'anecdote. c'est la que ]'ai fait la connaissance vers l'âge de 5 ans, d'un clavier de piano et d'une partition de musique (Jeannine).
La demande se faisant de plus en plus rare, et la disparition de religieuses âgées sans renouvellement possible de la congrégation ont fait qu'il a fallu pour les autorités religieuses arméniennes se séparer du couvent des soeurs, qui aujourd'hui est la propriété de la ville d'Arnouville.
Maintenant ce couvent est devenu un espace social dans la ville. Il porte le nom de "Trait-d’Union".
http://www.arnouville95.fr/content/trait-dunion-0

L'école des Soeurs à Arnouville

Premier Ecole Arménienne sur Arnouville

 

Le Couvent des soeurs Arméniennes de l'immaculée Conception
Étiqueté avec :            
Merci de partager :

3

2 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
La Secrétairefourel Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

plus récent plus ancien plus voté
fourel
Invité
fourel

Comme quoi , Arnouville a un passé.

fourel
Invité
fourel

Désolé , mais ça ne me dit rien d'y avoir mis un pied , à part être passé devant cette école , il me semble visuellement l'avoir vu , mais ou ? je ne me rappel pas du lieu.