Durée de lecture : 19 min

Le château et le Parc d'Arnouville vue du ciel

Vue  générale du Château et du parc.

Le château, orienté au sud, possédait un magnifique parc de 22ha qui descendait en gradins jusqu'au Rosne élargi. Celui-ci formait un étang et un grand canal. L'étang, aujourd'hui asséché, alimenté par le Petit Rosne, se prolongeait alors par une pièce d'eau d'une superficie de 10 hectares, avec 2 embarcadères et un jet d'eau,situés derrière le château.   M.Contant D'Ivry avait ordonnancé le parc en utilisant avec ingéniosité les dénivelés du terrain, ajoutant des cascades et des vasques. Une pompe due à M. Deparcieux permettait de faire monter l'eau à plus de 50 mètres.

Ce parc abrite deux arbres exceptionnels, un sophora pleureur (Sophora Japonica Pendula) et un paulownia (Paulownia Imperialis),inscrits dans l'inventaire des arbres remarquables du département, dont l'un au titre national.

Le Sophora Pleureur. Le tronc à l'intérieur de l'arbre.

Sophora Pleureur

Le Paulownia     (Photos d'Alexandre Brac)

En 1760 M.Dezallier d'Argenville dans son livre "Voyages pittoresques des environs de Paris", disait:
" Le parc qui a plus de trois cents arpents est varié par des parterres, des boulingrins et des bosquets de la plus grande distinction et de très belles eaux , dont la plus principale pièce a plus de 25 arpents. Elle communique à un canal, sur les bords duquel on a fait des plantations. Une petite rivière qui côtoie cette grande pièce, a été forcée  par le génie et la précision des opérations de M. Deparcieux, de remonter à un réservoir qui fertilise de magnifiques potagers. On a aussi tiré parti pour l'agrément, par l'effet d'une pièce qui est au pied de la terrasse de l'Orangerie et qui de là va se rendre au milieu du canal où elle forme un beau jet".

Vue générale sur le parc et les massifs de fleurs entretenus par les élèves de l'école. (Photos Alexandre BRAC.)

Une mention spéciale pour M. Deparcieux dit aussi De Parcieux: qui fit des jardins un "petit Versailles". Ce mathématicien, né à Portes,( 23 km d' Alès) en 1703 et mort à Paris en1768) fit de nombreux travaux dans des domaines très variés (mathématiques,gnomonique,optique,hydraulique...). Il est entré à l'Académie des Sciences de Paris en 1746 et dans plusieurs académies étrangères.

A la demande de la Marquise de Pompadour, qui voulait embellir son château de Crécy , il construisit une machine, sorte de roue hydraulique faisant monter l'eau d'une rivière jusqu'à un réservoir placé en haut d'une côte,et par un système de pompe, déversant l'eau dans les jardins , les fontaines... Le même dispositif fut utilisé par M. Deparcieux au Château d'Arnouville, pour capter l'eau du Croult, la monter à 50 pieds de haut et remplir un réservoir.  Ainsi  les magnifiques potagers étaient  fertilisés sans oublier la partie  agrément: cette pompe alimentait aussi une pièce d'eau placée au pied de l'Orangerie et terminait sa course au milieu du canal  en formant  une magnifique projection .( texte extrait des Archives de l'Académie des Sciences de Paris)

Parallèlement à l'aile du Château et devant l'Orangerie, une structure souterraine permettait d'évacuer les eaux vers le canal. Les parterres ont changé de place. De ce bel ensemble, il reste encore des arbres majestueux et des escaliers de pierre descendant vers le canal.

En Juillet 1815 après Waterloo, le Château d'Arnouville fut le théâtre d'événements politiques importants lors du retour du Roi Louis XVIII qui y séjourna 3 jours avant son entrée à Paris. Là eurent lieu plusieurs entrevues entre le Roi, M.Fouché et  M.Talleyrand en vue de constituer le futur gouvernement de la 2ème Restauration. M.Chateaubriand qui accompagnait le Roi depuis son retour de Gand, relate cet événement dans "les Mémoires d'Outre-Tombe". Il rapporte  les tractations politiques et décrit les 2 ministres mentionnés ci-dessus comme "le vice appuyé sur le crime".

Il relate aussi les péripéties des émigrés accompagnant le Roi pour trouver gîte et couvert à Arnouville en particulier l'incident tragi-comique survenu à son épouse et à la Duchesse De Levis, avec la servante du maire qui avait pris la fuite. Une grande fête champêtre, donnée dans le parc clôtura le séjour du Roi à Arnouville où de nombreux Parisiens étaient venus se joindre aux émigrés de retour d'exil et aux troupes étrangères l'escortant.

Antoine De Parcieux à Arnouville
Antoine De Parcieux à Arnouville
Le parc
Étiqueté avec :                            
Merci de partager :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.